A LA UNE :

  1. Tshopo : Quand le gouvernement Walle applaudit les femmes ( Conférence OILICE)

Tshopo : Quand le gouvernement Walle applaudit les femmes( Conférence OILICE)

La femme tshopolaise face à la deconsideration sociale, thème au centre de la conférence débat organisée par l'Organisation Internationale de Lutte contre l'injustice et la Corruption Électorale, OILICE, Pool de la grande Orientale. C'était ce samedi 20 mars 2021 en la grande salle de l'hôtel Full Business dans la commune Makiso sous la présidence de la ministre provinciale du genre Albertine Likoke Likula.
S'inscrivant dans la logique du 8 Mars, la première oratrice, Petronnelle Kabeya axe son intervention sur le leadership féminin. Elle a, à cette occasion, appelé à la mobilisation générale des femmes à se tenir debout dans la lutte pour l'égalité des chances, mieux la méritocratie.
De son côté, Christian Balabala, chef de pool de OILICE Grande Orientale axe son intervention sur la participation de la femme de la Tshopo aux élections. Il indique que son organisation a retenu comme cibles dans la sensibilisation pour la promotion des questions du genre et la lutte contre la corruption électorale: les électeurs, la ceni, les candidats, les cours et tribunaux ainsi que les partis politiques.
Voici lesdites recommandations :

RECOMMANDATIONS A L’ ENDROIT DES ACTEURS POLITIQUES
 Adopter un comportement responsable en bannissant les actes proscrits et les
ruses pour contourner la loi
 Eduquer et sensibiliser leurs militants pour lutter contre la corruption et les
mauvaises pratiques liées à la discrimination de la femme.
 Former leurs délégués dans les bureaux de vote sur le processus électoral
 S’engager pour l’adoption des règles transparentes dans le processus électoral
 Stipuler la responsabilité civile des partis à l’égard de tous les actes de corruption
commis par leurs candidats.
2. RECOMMANDATIONS A L’ ENDROIT DU GOUVERNEMENT
 Repenser le mécanisme de financement des partis et formations politiques afin
de plafonner les dépenses de campagne
3. RECOMMANDATIONS A L’ ENDROIT DU PARLEMENT
 Proposer une loi sur le plafonnement des dépenses de campagnes ;
 Par ce que les femmes n’ont des moyens au même titre que les hommes, nous
proposons au législateur congolais d’envisager à la suppression de caution aux
femmes candidates à tout le niveau, car cette caution est une autre forme qui
favorise la corruption, étant donné que la majorité des congolais est composée
des femmes et cette majorité est pauvre.
4. RECOMMANDATIONS A L’ENDROIT DE LA CENI
 Renforcer la sensibilisation des différents acteurs (politiques notamment) sur le
contenu des différentes lois et dispositions en vigueur en matière électorale
 Assurer la transparence dans le recrutement et la nomination des agents
électoraux sur la base de critères de compétence à accomplir ;
 Améliorer l’organisation opérationnelle du scrutin ;
 Procéder à l’affichage des listes électorales au niveau des bureaux de votes, la
veille des élections.
5. RECOMMANDATIONS A L’ ENDROIT DES DE LA SOCIETE CIVILE
 Renforcer les actions de sensibilisation des citoyens sur la corruption et la fraude
électorale en vue de renforcer la veille citoyenne pour garantir des élections
transparentes ;
 Dénoncer systématiquement les pratiques de corruption électorale;
 Créer une coalition de la société civile pour la transparence des élections afin de
mutualiser les expériences de la société et organiser des plaidoyers nécessaires
pour des reformes en matière de transparence et de lutte contre la corruption.
Créé en 2020 aux États-Unis d'Amérique, OILICE est une organisation qui vise à promouvoir des élections crédibles, la participation citoyenne et le renforcement des institutions politiques pour une démocratie durable en Afrique en apportant les connaissances aux acteurs nationaux et locaux qui oeuvrent en faveur de réformes démocratiques et faciliter le dialogue en appui au changement démocratique.

Enfin, la ministre provinciale du genre, Albertine Likoke Likula a fait un bref aperçu historique sur la participation de la femme tshopolaise à la politique. Pour l'oratrice, les avancées enregistrées aujourd'hui dans la lutte pour l'émancipation des femmes, il y a environ vingt ans, ce n'est pas possible. Ainsi, tout en applaudissant de deux mains le combat de descendantes d'Ève, la ministre provinciale du genre Albertine Likoke Likula lance un appel aux femmes de continuer à mettre en valeur leurs compétences pour occuper des postes de commandement.

FROK
Les dépêches de la Tshopo.
+243 81 270 61 15