A LA UNE :

  1. IFA Yangambi : Les premiers mots du nouveau recteur, le belge Michel Baudouin à son arrivée à Kisangani

IFA Yangambi : Les premiers mots du nouveau recteur, le belge Michel Baudouin à son arrivée à Kisangani.

 

Après sa nomination par un arrêté du ministre de l'enseignement supérieur et universitaire en août ainsi que l'entrée en fonction de son comité de gestion en début septembre 2021, le nouveau recteur de l'institut facultaire des sciences agronomiques, IFA Yangambi était toujours absent de la ville de Kisangani. C'est enfin ce lundi 11 octobre 2021 que le professeur Belge Michel Baudouin Théo a foulé le sol  du chef-lieu de la province de la Tshopo.

C'est sous les acclamations du public que les membres du personnel académique, scientifique, administratif, technique et ouvrier sans oublier les étudiantes et étudiants de l'Institut facultaire des sciences agronomiques, IFA Yangambi accueillent le nouveau recteur de cet alma mater.

Parmi les premiers mots du professeur Michel Baudouin Théo :

"Je suis heureux, j'adore cette ville. Je n'aime pas, j'adore Kisangani et je suis de la chaleur d'accueil".

Quant à sa vision sur son institution :

" Nous comptons faire de Yangambi un grand centre de recherche et d'enseignement en agronomie tropicale du monde, comme cela a été le cas jusqu'en 1964. Et pour cela, l'IFA Yangambi a des opportunités extraordinaires. Le miracle ivoirien, premier producteur mondial de cacao, c'est le fruit des recherches de Yangambi. Il en est de même pour les miracles malais et indonésien en ce qui concerne la production de palmiers à huile sans oublier le miracle vietnamien dans la production de café robusta"

S'adressant à la communauté universitaire, le nouveau recteur de l'IFA Yangambi déclare qu'il veut diriger une université qui forme des chômeurs.

Se référant à l'université belge où il a étudié, le professeur Michel Baudouin Théo indique que là, six mois avant la fin des études, les étudiants sont déjà employés et un an après la sortie des études, il y a aucun chômeur. Pour cela, il faut que les étudiants ( de l'IFA Yangambi) soient à un niveau qualitatif tel que quand ils terminent, on les emploie tout de suite.

Concernant le processus du retour de l'IFA à Yangambi, le recteur précise qu'on apprend l'agronomie dans la forêt et dans les champs. Mais avant tout, on va étudier les aspects logistiques et académiques et mobiliser le financement.

 

Frok

Les dépêches de la Tshopo.

+243 81 270 61 15