A LA UNE :

  1. Tshopo : Alerte à l'instrumentalisation et au tribalisme dans la gestion des médecins ( Enquête du Groupe Lotus)

Tshopo : Alerte à l'instrumentalisation et au tribalisme dans la gestion des médecins.( Enquête du Groupe Lotus)

Après avoir d'une part examiné minutieusement les différents documents rassemblés liés au processus d'affectation des médecins dans la province de la Tshopo, avoir approché des autorités du secteur de la santé et celles de la province de la Tshopo à travers de multiples échanges et d'autre part, avoir entendu et discuté avec plusieurs médecins et agents affectés et oeuvrant dans ce secteur sans oublier des leaders sociaux, le Groupe Lotus, une ONG des droits humains basée à Kisangani rend public son rapport d'enquête. C'était ce vendredi au cours d'un point de presse animé par son président Dismas Kitenge Senga.
Ainsi, le Groupe Lotus retient ce qui suit :
- le processus de recrutement et d'affectation des médecins de la province de la Tshopo a respecté la procédure en la matière et il a été ouvert, tripartite et repose sur des critères objectivement vérifiables et admis dans l'administration publique congolaise ;
- Deux groupes de médecins et agents de santé contestataires de cette mise en place se sont dégagés : les uns qualifiant l'autorité signataire de l'acte est un intérimaire et choisissant la voie de la justice et d'autres exigeant mordicus d'être affectés aux lieux de leur choix.
A titre d'exemple, il y en a qui ont refusé leur permutation après avoir occupé ce poste dix-sept ans durant pour un poste similaire dans une zone de santé non appuyée par de partenaires financiers et techniques et d'autres qui ont exigé d'être affectés à l'hôpital général de référence Makiso-kisangani ( pour la simple raison des appuis financiers ) à la place de l'hôpital général de Mangobo ;
- Une instrumentalisation politique du dossier, sur base de fausses informations, avec la sollicitation et l'implication des leaders politiques de la province de la Tshopo opérant à Kinshasa a été déclenchée mais vite abandonnée à l'examen des faits et documents véridiques du dossier ;
- Une tentative d'instrumentalisation sociale des communautés ethniques et tribales de la province de la Tshopo a été mise en œuvre par un médecin non satisfait de cette décision mais non encore réussie suite au refus de manipulation de leurs leaders et membres respectifs pour des causes personnelles ;
- cette mise en place comporte non seulement des ressortissants de la province de la Tshopo mais aussi des ressortissants d'autres provinces de la RDC contrairement aux accusations de tribalisme ;
- Ces attaques personnelles et égoïstes contre le chef de la division provinciale de la santé risquent de diluer les efforts de toutes les autorités dans la lutte contre la COVID-19 et l'épidémie de la méningite dans le territoire de Banalia et de déstabiliser la division provinciale de la santé si les autorités nationales se fient à ces fausses informations et rumeurs leur adresses.
De ce qui précède, le Groupe Lotus appelle les autorités provinciales et nationales à plusieurs niveaux :
- sécuriser le chef de division provinciale de la Tshopo et toutes les autorités sanitaires de la province de la Tshopo ;
- Dénicher poursuivre en justice des auteurs des faits infractionnels à l'égard de toutes les autorités sanitaires de la province de la Tshopo ;
- Éviter des ingérences des acteurs politiques et sociaux ( des non médecins) dans le domaine purement administratif et technique du secteur de la santé ;
- Veiller au respect de la déontologie médicale, l'éthique professionnelle, la discipline médicale par des médecins nouvellement engagés ;
- Veiller à la paix sociale dans la province de la Tshopo en sensibilisant les organisations socio-culturelles et ethnico-tribales à respecter leur objet social et privilégier la cohésion sociale ;
- De ne pas privilégier de fausses informations et accusations contre le chef de division provinciale de la santé et toutes les autorités sanitaires comme stratégie et moyen de les déstabiliser et les sanctionner ;
- Demander aux médecins et agents de la santé de la province de la Tshopo de respecter des décisions des autorités et de rejoindre leurs postes d'affectation sans faire des calculs financiers et ce dans l'intérêt de la profession médicale ;
- De ne coopérer qu'avec des organisations de la société civile crédibles, professionnelles, indépendantes et impartiales afin de contribuer à l'Etat de droit en RDC.

Les dépêches de la Tshopo.
+243 81 270 61 15