A LA UNE :

  1. Médias : Le CSAC s'annonce au Bas-uélé pour remettre la pendule à l'heure

 

Halte à tous ceux qui tenteront d'enfreindre à la liberté et la protection de presse dans la province du Bas-uélé où le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et de la Communication sera bientôt opérationnel. C'est le sens à donner l'organisation mardi 22 novembre 2022 dans la ville de Buta du test de recrutement du personnel du CSAC.
Sous la supervision de Jean-Pierre EALE IKABE, haut conseiller du CSAC à la tête d'une délégation de cette structure de régulation des médias venue de Kinshasa, 20 candidats ont passé le test de recrutement du personnel de la coordination provinciale du CSAC Bas-uélé pour les postes d'observateur analyste, secrétaire d'instruction, chargé de normalisation, secrétaire administratif et huissier.

Mais bien avant, le ministre provincial en charge des transports Rémy KEMA Tabu qui a, au nom du gouverneur de province en mission, donné le coup d'envoi a appelé les candidats à donner le meilleur d'eux-mêmes pour réussir à l'épreuve. Après la CENI, le CSAC sera la deuxième institution d'appui à la démocratie qui s'installe dans la jeune province du Bas-uélé, comme cela est d'ailleurs le cas dans Quatorze autres nouvelles provinces de la RDC.
Garantir et assurer la liberté et la protection de la presse, ainsi que tous les moyens de communication de masses dans le respect de la loi, et veiller au respect de la déontologie en matière de l'information et à l'accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens aux moyens officiels d'information et de communication sont les principales missions du CSAC.
Pour avoir violé la loi, le CSAC a déjà eu à interdire le passage dans les médias de certains acteurs politiques et suspendre certaines émissions, quelques chaînes de radio et stations de télévision.

Roger LINISA