A LA UNE :

  1. Des jeunes qualifient TSHOPO N'EST PAS À VENDRE d'un discours xénophobe ( Déclaration)

Des jeunes qualifient TSHOPO N'EST PAS À VENDRE d'un discours xénophobe ( Déclaration)

Dans une déclaration rendue publique ce mercredi 10 novembre 2021 à l'esplanade de la poste par docteur Mateus Kanga Londimo leur porte parole, les jeunes membres de la plateforme dénommée "Union sacrée contre les antivaleurs à la Tshopo, USACAT, montent au créneau pour interpeller les autorités sur le danger du feu latent des appels reccurents à la xénophobie, à la haine tribale et à la division propagés par un groupe d'acteurs politiques et sociaux.
Leur attitude, disent-ils, est une réponse positive au vibrant appel du chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, dans sa communication en conseil des ministres du 22 octobre 2021, avait avoué que le tribalisme est l'une des causes majeures de l'inversion des valeurs et de la ruine de la RDC et avait demandé à ce que soit dénoncé publiquement tous ceux qui font l'apologie du tribalisme.
Voilà pourquoi ils prient au service de sécurité de se conformer à l'instruction du Chef de l'État qui avait demandé à ce que soient identifiés les auteurs des déclarations tribales et de les mettre à la disposition de la justice pour qu'ils répondent de leurs actes.
Ils demandent aussi que les auteurs du concept TSHOPO N'EST PAS À VENDRE mettent à la disposition des services de sécurité les éléments qui prouvent que la Tshopo est mise en vente, les auteurs, le coût et la finalité de cette vente. Car, ajoutent-ils, le sort des milliers de compatriotes qui risquent de se retrouver demain sans identité et sans adresse en dépend et que cela relève même de la sécurité intérieure de la province.
Ces jeunes exhortent les députés provinciaux de la Tshopo à ne pas se laisser embourbés par des discours moyenâgeux, de se remémorer de toutes les humiliations qu'ils ont subies et surtout de sanctionner sévèrement tous les candidats qui sont des mèches avec les auteurs du discours xénophobe.
Enfin, ils demandent à la population tshopolaise de rester mobilisée pour de grandes actions à venir et de ne pas se laisser emportée par des discours séparatistes de ceux qui ont longtemps participé à la ruine de la province mais, qui, aujourd'hui se donne le luxe de revenir une fois de plus au devant de la scène électorale, par des stratégies malicieuses en vue de trouver des voies et moyens d'assurer à tout prix la perpétuité de leur main mise sur la gestion de la province.

A noter que cette réaction intervient quelques jours après la sortie médiatique de deux plateformes à savoir La conférence des présidents des communautés de base et Tshopo, réveille-toi. Ces dernières soutiennent qu'il y a des postes réservés aux seuls natifs de la Tshopo.

Les dépêches de la Tshopo.