A LA UNE :

  1. Crise à l'IBTP Kisangani : Appelé à démissionner, le DG Bernard Lifindiki crève plutôt l'abcès

IBTP Kisangani: Appelé à démissionner, le DG Bernard Lifindiki crève plutôt l'abcès.

Le directeur général de l'Institut des bâtiments et des travaux publics de Kisangani, le professeur Bernard Lifindiki a eu un entretien à bâton rompu avec la presse boyomaise dimanche 9 janvier 2022 en sa résidence pour remettre la pendule à l'heure face à la crise"artificielle" qui secoue son établissement depuis quelques jours.
D'entrer de jeu, il dresse sommairement le bilan mi-parcours d'une année et quatre mois depuis qu'il est à la tête de l'ibtp Kisangani. A cette occasion, le professeur Lifindiki s'est félicité des innovations qu'il a apportées à cette institution créé en 1993 mais dont l'autonomisation n'a eu lieu qu'en 2016. Il s'agit de la bonne gouvernance développée à travers la gestion axée sur les résultats. Conséquences, la promotion d'un enseignement de qualité, l'acquisition des équipements, la construction des bâtiments, l'acquisition d'un charoi automobile ( deux bus), la mécanisation du personnel tant scientifique qu'administratif.
Sous son mandat, le personnel de l'Ibtp Kisangani est parmi les mieux payés des établissements de l'enseignement supérieur et universitaire dans la Tshopo en terme de prime locale. Si un assistant touche sa prime locale autour de 380.000 francs Congolais, le chef de travaux a le plafond de 500.000 francs.
Ajouter à ces innovations, les critères pour l'attribution des cours à un enseignant, la création de deux nouvelles filières d'études à savoir la génie rurale, hydraulique et environnement.

Quant aux agitations observées ces derniers jours à l'IBTP Kisangani, le Directeur Général professeur LIFINDIKI attribue à une manipulation politicienne, mieux d'une main noire constituée des professeurs des universités en mal de positionnement qui passe par quelques membres du personnel scientifique pour déstabiliser l'IBTP et d'attendre à une nomination par l'autorité de tutelle.
Car, poursuit-il, sur les 10 mois, 9 mois ont été payés en bonne et due forme. Il ne reste qu'un seul mois, le mois de décembre 2021. C'est à cause de ce seul mois que les grévistes bloqueraient la délibération de la deuxième, exigeraient la démission du directeur général l'accusant d'avoir détourné l'argent oubliant tous les efforts fournis par ce dernier. Et pourtant, les activités de l'année académiques 2020-2021 n'ont pas encore pris fin, s'exclame-t-il.
Main sur le cœur, le professeur Lifindiki clame son innocence et dit attendre la commission de l'audit externe du ministère de tutelle.
S'adressant aux étudiants, il dit comprendre leur colère mais les appelle au calme et à ne pas surtout tomber dans le piège de l'ennemi. Car, toutes les instances tant urbaine, provinciale que nationale sont déjà saisies du dossier de l'Ibtp Kisangani:" la délibération aura belle et bien lieu. Je comprends que la plupart des étudiants de l'IBTP sont venus de plusieurs provinces territoires et ne sont pas rentrés en décembre pour fêter avec leurs membres de familles respectives. Il y a d'abord une commission paritaire enseignants et services financiers qui doit donner son rapport sur le nombre d'étudiants en ordre, ensuite, un audit externe emmanant du ministère de l'enseignement supérieur et universitaire viendra trancher. Et la prime locale de décembre 2022 sera payée.

Concernant les agents administratifs et assistants révoqués, le professeur Lifindiki demande à ceux qui s'estiment lésés de suivre la procédure légale telle que le recours qui doit être examiné cas par cas.

Obama
Les dépêches de la Tshopo
+243 81 270 61 15