A LA UNE :

  1. Isiro : Violences sexuelles en milieu scolaire, le FFC renforce les techniques de lutte

ISIRO : Violences sexuelles en milieu scolaire, le FFC renforce les techniques de lutte.


La ministre provinciale du genre, famille et enfants de la province du HAUT-UELE, madame Françoise AZARO a ouvert le mercredi 20 avril 2022 à isiro un atelier de trois jours sur les droits des femmes et filles et les instruments juridiques les protégeant.

Dans son allocution, madame le ministre Azaro qui gère également le secteur de l'enseignement primaire, secondaire et Techniques, a constaté avec regret la persistance des violences sexuelles en milieu scolaire. "il y a des grossesses précoces qui sont documentées chaque année dans les écoles, mes services ont répertorié plusieurs cas de filles de moins de 18 ans qui ont eu des grossesses, une situation qui les pousse malheureusement à interrompre leurs études. C'est pourquoi nous sensibilisons les filles à se maîtriser, à s'abstenir de tout acte sexuel avant l'âge adulte .",a-t-elle dit. Elle a salué l'apport du Fonds pour les Femmes Congolaises et son partenaire financier UN TRUST FUND qui facilite la mise en œuvre de ce projet, qui vise à installer des clubs des filles leaders dans les écoles, qui à leur tour, vont transmettre les notions apprises à leur paires à l'école comme dans la communauté pour une synergie de lutte.


Pour sa part, monsieur Jacques Mutoro Balingene Directeur de la Province Éducationnelle HAUT-UELE1 a, quant à lui, centré son message sur le code de bonne conduite contre les violences sexuelles et celles basées sur le genre qui se font en milieu scolaire, note le reporter de depechesdelatshopo.net.

De son côté, madame Gisèle Kambesa, chargée des projets du Fonds pour les femmes congolaises venue de Goma au Nord-Kivu a brossé le contexte du projet. "Le projet est effectué dans dix provinces de la République du Congo dont les indicateurs sont au rouge en matière de violences sexuelles, "on se demandait pourquoi ces statistiques sombres ? la population n'arrivait pas à dénoncer peut-être parce qu'elle ne savait pas la procédure, où elle n' avait pas d'information suffisante. C'est pourquoi le FFC est là pour briser ce silence pour que les filles puissent se défendre." a-t-elle indiqué.


A la question de savoir le pourquoi du nombre réduit des écoles sélectionnées pour la formation, la chargée des projets du FFC s'en défend "c'est un projet pilote qui est limité dans le temps et dans l'espace selon le moyen financier de notre partenaire UN TRUST FUND, avec six écoles qui font un total de 60 filles formées dans trois ans dans la ville d'isiro. Nous espérons qu'à leur tour, elles vont sensibiliser dans leurs écoles et dans leurs quartiers. Et d'ajouter qu'elle va soumettre ce plaidoyer à sa hiérarchie.

Madame Gisèle Kambesa finit son allocution sur une exhortation "Nous appellons aux élèves à bien s'approprier la formation en mettant en pratique les techniques des dénonciations qui seront mises à leur disposition par les intervenants de ses assises et aux parents de les accompagner et dans la communauté de ne pas stigmatiser les filles qui seront formées parce que nous cultivons en elles un leadership pour qu'elles puissent devenir un exemple à suivre par d'autres filles". A-t-elle conclue.

Mais auparavant, dans son mot de bienvenue, madame Espérance LONYOYO Point focal du Fonds pour les Femmes Congolaises dans le HAUT-UELE fait savoir que le "milieu scolaire constitue une pépinière qui viendra remplacer les personnes adultes demain, "il est tout à fait normal qu'elle soit protégé, formé et qu'elle connaisse les outils nécessaires pouvant leur permettre à se défendre de violences sexuelles car la fille qui n'est pas instruite est vouée à toutes sortes de malheur" a-t-elle insistée.

Signalons que la salle père Oscar Sert de cadre à cet atelier. Pour l'année 2022 la formation réunit vingt jeunes filles Venues de l'Institut Madulunga et Collège Saint Vincent d'isiro, ce nombre vient s'ajouter sur quarante autres filles leaders déjà formées en 2020 et 2021 dans les écoles de l'ITCAT, Saint Rosaire, Institut d'isiro ainsi que l'Institut TULUBA.


Obama
Les dépêches de la Tshopo
+243 81 270 61 15