A LA UNE :

  1. Kisangani : Kadiwaku familly foundation plaide pour l'embauche et la bonne utilisation des journalistes handicapés dans les médias locaux

 

Apprendre aux responsables des médias locaux le rôle important que jouent les médias dans le processus d'inclusion du handicap afin qu'ils puissent augmenter leur couverture des sujets liés au handicap de 80% au cours douze prochains mois et appliquer des stratégies d'inclusion du handicap pour accroître le traitement des informations sur les personnes handicapées et des problèmes de handicap tout en créant une plateforme permettant aux personnes handicapées de raconter leurs histoires et encourager les médias d'employer au moins une personne vivant handicap. C'est parmi les objectifs de la session de formation qui a ouvert ses portes vendredi 10 juin 2022 en la salle du centre Monaco de l'université de Kisangani. Réunissant une vingtaine des professionnels de la presse de la ville de Kisangani, ces assises qui dureront quatre jours sont organisées par la Fondation Kadiwaku en collaboration avec Minnesota University Sur financement du département d'État américain.
Au cours de la deuxième journée samedi, Donald, un des facilitateurs explique que le handicap est utilisé comme un terme générique pour désigner toute personne ayant un handicap physique, sensoriel, psychologique, de santé chronique, neurologique, cognitif ou social. Ces explications montrent que les handicaps peuvent être visibles et invisibles. Ainsi, les médias devraient se soucier par principe des personnes handicapées et les inclure peut être économiquement et politiquement avantageux.
Malheureusement, les médias continuent d'appliquer les stéréotypes sur le handicap qui présentent les personnes handicapées d'une manière négative et non responsabilisante notamment comme des personnes pitoyables et pathétiques, objet de curiosité ou de violence, sinistre ou maléfique, ridicule, son propre pire ennemi, un fardeau, un non sexuel et ne pas pouvoir participer à la vie quotidienne.
Ainsi, les médias peuvent jouer un rôle important en présentant les problèmes de handicap d'une manière qui pourrait dissiper les stéréotypes négatifs et promouvoir les droits et la dignité des personnes handicapées.
Avant de terminer son exposé, Donald prodigue quelques conseils pour signaler et écrire sur les personnes handicapées à savoir
- Laisser les personnes handicapées parler pour elles-mêmes,
- Si on ne sait pas comment décrire une personne handicapée dans une histoire, on doit simplement demander comment la personne aimerait être caractérisée,
- inclure les personnes handicapées dans les histoires qui ne traitent pas explicitement du handicap,
- Elargir la couverture médiatique des histoires sur le handicap. 

FROK

Les dépêches de la Tshopo. 

+243 81 270 61 15